Pré-commande du cahier de vacances 2024, c'est par iciiii !

Joanna – Un duo magique

Récits de naissance

Coucou Manon, 

Je me permets de t’écrire car j’ai finalement pris le temps pour te faire un récit un peu plus long de mon accouchement et surtout pour te dire MERCI MERCI MERCI pour ton programme et tout ton travail !! ❤ il porte bien son nom, c’est vraiment Magique ! 


Rdv à l’hôpital le 20 novembre pour être déclenché à J+6 du terme.

On arrive à 8h, on nous prend en charge vers 11h, la SF nous annonce qu’ils sont full et qu’on va certainement être transférés, vu notre projet physio on me parle d’un transfert en niveau 1! Je craque !! Moi je veux accoucher dans cet hôpital, un niveau 3, qu’on m’a recommandé, qu’on a visité, dans lequel on s’est projeté.

Go le monito en attendant , Matt ne peux pas venir avec moi, et c’est là que tes audios rentrent en jeu pour la première fois. Je suis seule, j’ai les pétoches de dingue d’être transférée mais je sais que ces pensées ne sont pas dinguo pour ma montée d’ocytocine alors bim bam boum je me mets ton audio sur les peurs pour m’apaiser ! Ça marche et au bout de 10min la SF revient me voir pour me dire que des places se sont libérées et qu’on va rester là !

C’est parti pour la première phase de mon déclenchement : pose du ballonnet et on doit attendre 24h. On s’active avec Matt, on marche, on se dit des mots d’amour, on mange des trucs qui font plaiz, bref on se met en mode full boost d’ocytocine comme tu nous l’a conseillé ! Malgré ça zéro contraction forte donc lors du check le lendemain, grande surprise quand on nous dit que le col est à 2 !

Le lendemain, déclenchement number 2: gel de prostaglandines. On nous installe dans une salle de naissance, hyper froide, hyper grande (coucou les salles de SVT du lycée) et on comprend qu’ils veulent qu’on reste là pour la naissance !

Julia la sage femme se présente et nous dit qu’elle va nous accompagner, pour moi c’est un signe, c’est le prénom de la marraine de notre bébé, c’est sur c’est elle qui va nous accoucher !

Julia revient et nous annonce qu’elle va percer la poche car il faut accélérer l’intensité des contractions.

Et c’est parti, déclenchement 3, Julia perce la poche et là, je sens direct que ça fait effet. Je commence à avoir des bonnes contractions, celles qui ne font aucun doute, celles qui veulent dire que mon bébé arrive bientôt.

Dès que le monito est fini, je mets la playlist toute douce que j’ai faite pour bébé mais ça ne me convient pas, il faut que je bouge, que je danse ! C’est parti pour du Earth wind and fire, Jean Jacques Goldman, Céline Dion… les bons classiques qu’on adore !

On gère ces premières contractions à deux avec Matt. Julia passe juste une tête de temps en temps pour prendre de nos nouvelles mais on gère solo.

Au bout d’1h30, je dis à Matt que j’ai envie d’aller dans l’eau, il installe tout et quand je me mets dans l’eau c’est le soulagement immédiat, pourtant les contractions ne font que s’intensifier. Et c’est là que tes audios rentrent en jeu pour la 2ème fois. Je demande à Matt de me mettre l’audio pendant les contractions, et c’est magique ! Ton audio est calé quasi à la seconde près au rythme de mes contractions. À ce moment, je n’ai besoin de personne, je suis seule dans la baignoire, ton audio en fond sonore et un peigne dans la main. Chaque contraction qui arrive est de plus en plus forte, mais comme tu nous l’a dit, c’est une contraction de plus vers bébé et dès qu’elle passe, je ne pense plus à la contraction, ni à la suivante, je me concentre juste sur moi, en pensant à mon bébé qui sera bientôt là. Au bout d’1h, Matt vient me masser, il me dit des mots d’amour, il m’aide car car devient très dur, c’est beau, c’est encore mieux que ce qu’on avait imaginé !

Au bout d’1h30 dans la baignoire, je dis à Matt que je veux sortir, l’eau ne me fait plus rien, par contre, je lui dit qu’il doit m’aider car je ne tiens plus debout lorsqu’une contraction arrive.

Il m’aide à sortir et là, une contraction énorme arrive, Matt à juste le temps de me rattraper, je me pose sur sa cuisse pour ne pas tomber, malgré la douleur, on gère tous les deux en équipe, et la contraction passe et comme toutes les contractions jusque là, j’arrive totalement à reprendre mon souffle, à me reposer sans penser aux prochaines.

Je demande à ce qu’on m’installe sur des tapis par terre, Julia nous aide, elle nous donne des conseils et aide a gérer les contractions.

Elle demande si je veux savoir où j’en suis, j’accepte et elle dit que je suis à 4/5. Là sentiment partagé car j’ai la confirmation que le travail à bien avancé et en même temps, ça me parait encore si loin

Julia nous annonce à ce moment là que son shift est fini, qu’une collègue à elle va nous accompagner jusqu’à la naissance, je suis triste mais je reste concentrée. Et là Clarisse arrive, on l’a connait, elle a posé le ballonnet, on est rassurés.

À ce moment là, il est 21h, j’en peux plus, je commence à perdre pied (kikoo la phase de désespérance). Je fais comprendre à Matt que c’est dur, que j’en peux plus, que je vais vomir et que je veux la péri (mais je ne formule jamais le mot, comme s’il était interdit). On avait mis en place un mot magique comme tu nous l’avais conseillé, si je le disais, ça voulait dire que je voulais vraiment la péri… je ne l’ai jamais dit non plus.

Je commence a sortir des sons rauques, animaux que je ne pensais pas pouvoir sortir un jour !

Clarisse les entends depuis le plateau technique et rentre dans la salle, elle me dis qu’elle va devoir m’examiner et là, elle m’annonce que je suis à 8/9 ! En 40min, le travail a autant avancé !

On se dit que ça y est, on l’a fait, notre bébé est bientôt là et on est allé au bout de notre accouchement physio!

Clarisse arrive, suivi de Margaux la puéricultrice et elles nous disent que la poussée peut commencer! Pas besoin qu’elle me le dise, je sens mon bébé qui est là.

Et c’est là que tes audios rentrent en jeu pour la 3ème fois:

Matt se mets en mode DJ, il alterne entre ma musique et ton audio pour la poussée : c’est incroyable, ça me donne de la force comme pas possible !! Et de la force, j’en aurais besoin par la suite.

La poussée va finalement durer 1h30… Vous étiez pourtant tous là avec moi, une équipe de choc, mon équipe: Matt, Margaux, Clarisse, bébé et toi évidemment !

J’ai commencé à avoir peur pour mon bébé mais je savais que ces pensées là n’était pas bénéfiques.

Ça n’aura pas suffit malheureusement.

Au bout d’1h30 de poussée, Clarisse m’annonce qu’elle doit appeler le médecin, pour qu’ils nous aide à faire sortir mon bébé avec une ventouse.

Je ne pense plus à rien d’autre, on me dit de monter sur la table, je monte direct et je me mets en position gynéco.

Le médecin arrive, il m’explique tout en détail, comme nous l’avions demandé dans notre projet de naissance, il m’encourage, je donne les instructions, je l’écoute attentivement, je sais que c’est lui qui va m’aider à mettre au monde mon bébé.

Je ne sais pas exactement combien de temps cela va durer, je sais que j’ai mal, très mal et pourtant je ne me concentre que sur mon bébé, je ne pense à rien d’autre, juste au fait qu’il faut que j’aide à faire sortir mon bébé.

J’ai tellement peur à ce moment là que je formule  » s’il faut faire une césarienne, faites là » ils rigolent, ça détend l’atmosphère et one rassure  » non non c’est trop tard, on y est là, ta fille arrive » (on avait demander aux équipes qu’on nous tutoie, c’était super, un environnement familier, comme l’impression de les connaître)

Je ne sens même pas le cercle de feu.

Je ne pense à rien d’autre qu’à ma fille.

Et puis, on finit par me dire que ma fille est là, je soulève la tête et je la vois, entre mes jambes, ma petite fille, ma petite Léonor. Elle est née à 22h46, le 21 novembre 2023, 3kg830 et 51cm.

On la pose sur moi, brièvement, juste le temps pour Matt de couper le cordon, mais à cet instant, le monde s’arrête, je regarde ma fille, je regarde Matt et je me dis qu’on l’a fait, ensemble, c’est magique !

Clarisse l’emmène, j’ai tellement confiance que je demande à Matt de rester avec moi. Au bout de 5min, on entend un bébé pleurer, et Margaux nous dit « c’est votre fille qu’on entend, c’est le seul bébé du plateau, tout va bien, elle va bien »

On me la ramène à nouveau, et je pleure, elle est si belle, j’ai le temps de vraiment la regarder cette fois ci. On est enfin tous les 3, c’est incroyable.


Bref, ce long récit pour te dire MERCI et encore, je pense que le mot est faible.

MERCI MERCI pour:

– Ta préparation, les modules, les visios: tout avait pourtant pas très bien commencé mais tu nous l’a tellement répété: il faut rester dans un mood positif pour la montée d’ocytocine, c’est ce qu’on a essayé de faire et ça à marché.

Tes audios d’hypnose: ta voix m’a accompagné du début à la fin. Merci pour tout ce travail, merci d’avoir été là avec nous.

– Le module du co-parent: Je n’y serais jamais arrivé sans Matt, il a été incroyable du début à la fin, un vrai binôme. mais je pense qu’il n’aurait pas pu y arriver sans ce module, alors merci du fond du coeur, pour lui, pour nous.

– Le groupe des mamans: tu as regroupé 5 femmes, qui viennent des 4 coins de la France, qui ne se connaissaient pas et pourtant, aujourd’hui j’ai l’impression d’avoir un groupe de copines. On se parle tous les jours, de nos bébés, de notre post partum, sans tabous, juste une bienveillance incroyable !

Amina, Carole, Jade et Julia, si vous passez par là, à vous aussi je veux vous dire MERCI !

Les derniers articles du blog

On appelle la sage-femme.  » Alors je ne sais pas mais j’ai senti quelque chose « en bas ». Et elle me répond « Ah bah oui son pied est sorti !!!! ».
« Clem est toujours à fond pour les audios et avec conseil de la sage-femme, m’appuie dans le dos et parfois au niveau du sacrum pendant la vague : c’est INCROYABLE le bien que ça me procure. « 
Mais je sens que je ne peux plus, vomir à chaque vague devient trop intense … Je demande la péri, je supplie….

Ton premier audio offert !

"Bonne fête maman"

Tu as envie de tester les effets de l’hypnose sur toi ? Allez viens, je t’emmène, le temps d’un instant pour toi 🥰