À l'occasion de la fête des Mères, profite de -20€ de réduction sur mes packs avec le code "TAMERELAQUEEN"

Laura – L’accouchement dont elle rêvait

Récits de naissance

Tout a commencé à 2h du matin, quand mon grand m’a appelée pour que je lui donne la main. C’est assez habituel, il en a besoin pour se rassurer, mais cette fois-ci il ne veut plus me laisser repartir.

Vers 2h30 je commence à ressentir les premières vagues.

Je ne sais pas trop si c’est le début du travail, elles sont très gérables en intensité, mais me semblent très régulières et rapprochées.

Je finis par réussir à sortir de la chambre de mon fils vers 3h-3h30.

J’aimerais ne rien calculer mais pour m’aider à prendre une décision (faire venir les grands-parents pour garder le grand ou pas) je me décide à mesurer mes contractions : contractions d’1mn toutes les 3mn.

Je leur envoie donc un sms pour leur demander de venir (ils ont 1h30 de route) et je reste dans mon lit pour me reposer entre chaque contraction (j’y arrive très bien malgré le fait qu’elles soient rapprochées, la magie des hormones).

Vers 4h15 je n’arrive plus à rester au lit, j’ai faim😉.

Je me lève et me prend une tisane et un yaourt, que je mange sur mon ballon devant le film « nos jours heureux » que j’adore😍.

Les contractions s’espacent (je ne calcule pas mais probablement toutes les 10-15 mn).

Je réveille mon mari 10mn avant l’arrivée de mes parents pour qu’on leur prépare un lit.

On les accueille dans un climat joyeux, je leur dit de se reposer et je retourne dans mon lit me reposer aussi entre les vagues.

Vers 7h je pense fissurer la poche des eaux.

Quand tout le monde est réveillé, on prend un bon petit-déjeuner tous ensemble, on est tous super contents😍.

Mes parents partent avec mon fils et on se retrouve tous les deux avec mon conjoint. On décide de finir les valises et on part se promener en ville.

Je surfe sur les vagues sans avoir besoin de m’arrêter de marcher la plupart du temps, juste besoin de respirer et surtout visualiser : parfois une vague, parfois une randonnée en montagne.

Je profite un maximum des pauses entre les contractions, je me focalise sur l’instant présent.

Je profite même dès que la vague redescend, en me disant « ça fait du bien quand ça repart ».

Tout cela étant encore très espacé on décide de ne se rendre à la maternité qu’après un bon repas🍽.

A la maternité, je suis prise en charge après avoir attendu 1h30 sur une chaise pliante : peu importe, tout le monde est gentil, je suis heureuse d’accueillir bientôt ma fille, tout va bien !

On m’installe pour un monito : bébé va super bien, contractions toutes les 10-15mn.

On me fait le test pour le liquide amniotique qui revient positif.

On me dit « par contre on ne va pas vous faire de toucher vaginal car vous avez fissuré, pour diminuer le risque infectieux ». Parfait, je préfère ne pas avoir de toucher vaginal de toutes façons !

On me met dans une chambre dans le service d’à côté, on me rassure : le travail va probablement s’accélérer tout seul.

Si ce n’est pas le cas, selon mon souhait, on peut me laisser bien plus de 24h avant de me déclencher (on me parle même de 5 jours, pourtant je suis en CHU, mater niveau 3).

On me propose aussi d’essayer le tire lait : ok mais avant ça je veux prendre un goûter !😂

Je pars dans le hall de l’hôpital manger un bon brownie avec un smoothie.

Je suis contente de manger mais je vis mal chaque contraction : trop de monde, trop de lumière, trop de bruit.

On remonte vite en chambre.

A 18h je tire mon lait pendant 15 mn pour que les contractions se rapprochent : efficacité immédiate !😁

Je me mets dans ma position favorite à 4 pattes à faire un câlin au ballon 😁 entre chaque contraction on regarde la fin de nos jours heureux, jusqu’au moment où je rentre complètement dans ma bulle.

Entre chaque contraction je suis shootée d’hormones et j’en profite au maximum.

La sage-femme arrive à 19h pour me poser la perfusion d’antibiotique, je discute avec elle entre les contractions et suis obligée de fermer les yeux et souffler pendant la contraction.

Elle me regarde avec une petite grimace en me disant « c’est dur hein ? » merci pour la suggestion 😏 tout allait très bien pourtant et je me sentais bien !

Après son départ, je demande à mon mari de parler à ma place à partir de maintenant car cela me sort de ma bulle et rend les contractions trop douloureuses.

On continue le bal des contractions, je suis toujours à 4 pattes et mon mari appuie sur mon sacrum pendant les contractions (ça fait un bien fou !).

Vers 20h, il appelle spontanément la sage-femme et lui demande si on peut aller en salle de naissance, ce qu’elle accepte sans m’examiner.

Je marche jusqu’en salle de naissance, j’ai 2 contractions sur le chemin, je me tiens à la rambarde, ferme les yeux, fais des « Oooo » graves et dandine mes fesses pendant la contraction.

Je suis accueillie dans une salle « on n’a pas pu vous ouvrir la salle nature au vu de votre antécédent d’hémorragie (oui j’ai saigné 1,2 litres pour mon premier) mais on vous a mis dans une salle avec baignoire » c’est OK pour moi pas de soucis.

 

J’écoute tes audios « entre les contractions » qui me font beaucoup de bien.

La sage-femme revient car on ne capte pas bien avec le monito « mais ce n’est pas grave, je vais rester avec vous et suivre vos mouvements, je n’ai que vous comme patiente ce soir ».

Après le monito je prends un bain chaud, ça fait beaucoup de bien entre les contractions.

Les vagues sont de plus en plus fortes, parfois « bigéminées » les coquines (2 contractions à suivre sans pause).

A 22h je sors du bain d’un coup :

« J’en ai marre, j’ai chaud, j’en peux plus ! En plus elles sont toutes petites ces serviettes de bain ! Je veux accoucher maintenant ! J’ai tout donné je ne peux pas donner plus ! ».

Je me mets sur la table d’accouchement à 4 pattes avec le ballon devant moi.

A chaque contraction je vocalise et je commence à pousser spontanément.

La sage-femme m’entend et vient s’installer en silence.

Elle me demande si elle peut m’examiner (1ère fois qu’on me demande à m’examiner depuis mon arrivée à la mater !). Je ne sais pas, j’ai trop peur qu’elle me dise que je suis à 3 cm. Et puis si là je ne suis pas à dilatation complète je m’en fiche je veux une péridurale !

Je finis par dire ok : "mon bébé est déjà en train de sortir !🤩"

Ça me rebooste à un point !

Je suis trop heureuse et je le dis !😊

Ma fille finit par naître dans un beau cri libérateur (106db selon la montre connectée de mon mari qui a fait une alerte exposition sonore élevée 😂) à 22h16, c’était incroyable !!

Je n’ai pas beaucoup saigné cette fois-ci, je n’ai eu aucune déchirure (même pas une éraillure), j’ai eu ma montée de lait au bout de 24h et ma fille a dépassé son poids de naissance au bout de 2 jours de vie !

Je n’aurai franchement pas pu espérer mieux comme accouchement et comme début de vie pour ma fille.

« Merci pour ta préparation qui m’a beaucoup servie à trouver cet état serein entre les contractions et m’a permis de vivre l’accouchement dont je rêvais depuis longtemps ! »

Les derniers articles du blog

« Clem est toujours à fond pour les audios et avec conseil de la sage-femme, m’appuie dans le dos et parfois au niveau du sacrum pendant la vague : c’est INCROYABLE le bien que ça me procure. « 
Mais je sens que je ne peux plus, vomir à chaque vague devient trop intense … Je demande la péri, je supplie….
On me place dans la salle d’examen en pensant m’examiner mais je commence à avoir envie de pousser…

Ton premier audio offert !

"Bonne fête maman"

Tu as envie de tester les effets de l’hypnose sur toi ? Allez viens, je t’emmène, le temps d’un instant pour toi 🥰