Océane – une veille de déclenchement magique

Récits de naissance

« Tout d’abord merci pour tes audios qui m’ont accompagné lors de mes balades et mes insomnies 😍« 

Après une première grossesse riche en symptômes divers et variés tous plus sympas les uns que les autres 😅,  un repos forcé à partir du 7ème mois car menace d’accouchement prématuré et un déclenchement fixé 15 jours avant terme, le poids de notre bébé n’évoluant plus depuis 10 jours, Rose nous a fait le plus beau des cadeaux en débarquant la veille du déclenchement, le plus spontanément possible 💕

Un samedi banal : monitoring et examens sanguin, urinaire le matin à l’hôpital (comme 2 à 3 fois par semaine depuis l’échographie du 7ème mois).

On me confirme le déclenchement le lundi suivant en m’expliquant que notre fille ne grossit plus, que si nous attendons le terme elle risque de se fatiguer lors du travail et de l’accouchement. 😥

Je me fais une raison, je n’aurai pas l’accouchement inopiné que je souhaitais mais c’est pour le bien de notre fille, et je me rassure : on gérera ça tous les 3, Rose, Corentin et moi, en équipe. 💪🏻

On rentre, je me sens épuisée par ces dernières semaines (entre Covid, fêtes de fin d’année, big chute avec entorse cheville, montagnes russes émotionnelles avec les contrôles réguliers en cette fin de grossesse et cette « menace » de déclenchement à chaque RDV). 😥

Je parviens à m’endormir une heure grâce à un audio d’hypnose.

Nous allons nous balader avec Corentin, rallongeant la balade à chaque rue.

Notre sage-femme libérale nous appelle, nous coach une dernière fois avant le déclenchement et me dit « je sens à ta voix que tu es prête ».

Il est 20h30, nous avons des invités et je commence à avoir des contractions espacées d’une trentaine de minutes.

Je m’installe sur le ballon pour l’apéro et je le garde tout le long du repas, ne supportant pas d’être assise sur une chaise.

Les contractions se rapprochent et je me dis « quand même, ça ressemble vraiment à des vagues! ».

Je le dis en plaisantant mais en allant nous coucher je dis à Corentin de ne pas s’emballer, que j’ai eu un peu des « douleurs de règles » similaires toute la semaine (suite à une tentative de décollement des membranes le mardi par notre sage-femme libérale, qui n’a pas pu faire de décollement mais m’a « ouvert » le col à 1/2). 

Après une douche bien chaude, je rejoins Corentin au lit, lui dort déjà.

Je termine mon livre pour ne pas en avoir deux à emmener dans ma valise pour le déclenchement lundi. À la fin de mon livre, l’héroïne perd les eaux (oui oui🤭), et je le ferme en me disant si seulement… 😩

Je n’arrive pas à trouver le sommeil, je regarde mon téléphone à chaque contraction et j’ai l’impression qu’elles se rapprochent. 

A 00h30, je perds les eaux, et soulagement…je comprends le cadeau que Rose nous fait ❤️.

Ayant prévu de me laver les cheveux le lendemain matin pour ne pas devoir les relaver à l’hôpital (gardons la tête froide, il y a des priorités dans la vie 🤣) je file me laver les cheveux et Corentin repasser ses affaires (son deuxième prénom c’est Monk 🤣).

Je lui dis quand même d’appeler les urgences gynéco pour savoir si nous avons un délai ou pas. La sage-femme nous confirme qu’il vaut mieux venir.

Il est 1h15, sur le pas de la porte, on s’arrête, on se serre fort et on se dit qu’on s’aime ❤️ puis direction l’hôpital sur fond musical ensoleillé (merci Magic System pour l’ocytocine 😘).

On arrive aux urgences gynéco vers 2h.

Avant de se garer, Corentin me demande si ça va (je devais commencer à être plus bruyante 🤣). Je lui aboie dessus de ne plus jamais me poser cette question🤣.

Après un passage laborieux aux WC et avoir rempli 3 haricots 🤮  (désolée mais ça fait partie du récit🤣) la sage-femme, me check le col, je suis toujours à 2.

Elle m’installe pour le plus long monitoring de ma vie et me dit « on va voir si le travail se met en route ».

Gros coup de massue, pour moi j’étais déjà en travail 😳

Délivrée du monitoring, je supplie pour la balnéo, mais je ne peux bénéficier pour l’instant que d’une douche comme j’ai rompu la poche des eaux.

Corentin demande un ballon et on file sous la douche.

Avec son aide précieuse, l’eau chaude, le ballon et les enroulements à chaque contraction (on a fait une prépa haptonomie), je tiens une trentaine de minutes ainsi.

Ayant toujours en tête le contrôle du matin et ayant peur de devoir pousser pendant des heures mettant la vie de notre fille en danger, je supplie que l’on me soulage, je demande la péridurale pour DORMIR et reprendre des forces😥.

La sage-femme regarde de nouveau mon col, je suis à 5, je lâche un « putain de merde » de soulagement.

Corentin me dit « tu voulais tenir au moins jusqu’à 5 avant de demander la péridurale, fais comme tu le sens».  

Mon corps est tétanisé par la douleur, je n’arrive pas à calmer les tremblements.

Je répète vouloir la péridurale pour me reposer.

Au moment de me poser la péri, je sens la tête dans mon bassin et tout mon corps pousse, je ne contrôle plus rien. 😱

Péridurale posée à 3h30, la sage-femme regarde de nouveau mon col : 7.

Je continue de dire que la tête est là, que tout mon corps pousse.

On me dit d’arrêter de pousser, que je me fatigue inutilement mais je n’arrête pas de dire

« c’est pas moi qui pousse c’est elle »😂.

J’avais l’impression que j’allais imploser.

La sage-femme s’active et prépare tout en vue de l’accouchement « on ne sait jamais vu comme ça a été rapide jusque là ».

L’anesthésiste me dit « dans 20 mn, vers 4h, si vous avez trop mal vous pouvez appuyer sur le bouton bleu pour injecter une dose ». Ok👍🏻

La sage-femme regarde de nouveau mon col vers 4h10 : « dilatation complète, prochaine contraction vous pouvez commencer à pousser ».

Bordel on y est et je n’ai pas dormi 😲

Je ne pense même pas à appuyer sur ce bouton bleu, je rassemble toutes les forces qu’il me reste, Corentin toujours à mes côtés, ses mots et son toucher me rassurent.

Première contraction, j’essaye de pousser comme vu avec notre sage-femme libérale mais rien ne se passe😳.

La sage-femme m’explique qu’il va falloir bloquer et pousser de toutes mes forces avec mes abdos.

Je m’exécute à la prochaine contraction, puis la suivante.

Et là, la sage-femme me dit STOP, gros blanc, je n’entends même plus Corentin m’encourager, je sens comme de la chaleur et je me dis « ca y est je suis déchirée et je me vide de mon sang ».

2 secondes après Corentin dit « je vois sa bouche !!! » et là je donne tout sur la dernière poussée.

En 6 minutes et 2 contractions plus tard, notre Rose était là. 💖

Naturellement, sans instrument, dans le calme et l’intimité avec 2 sages-femmes et juste nous 3❤️, une péridurale pile à temps pour gérer le cercle de feu, mais j’ai tout senti et maîtrisé, exactement mon souhait initial, quelle bénédiction…

Corentin n’aura même pas eu le temps d’aller se garer ailleurs que sur le dépose-minute des urgences, nos sacs et nos « outils » toujours dans le coffre…

Merci pour ce cadeau ma Rose💖

Quelle folle aventure ! On ne peut pas anticiper, ce qui est super déroutant pour quelqu’un qui aime bien tout contrôler comme moi, c’est pour ça que le pack m’a beaucoup aidé, on part au front plus sereine !🙏🏻

En tout cas malgré la douleur je revivrais ce moment si intense en émotions mille fois ! ❤️

Les derniers articles du blog

On me place dans la salle d’examen en pensant m’examiner mais je commence à avoir envie de pousser…
A la maternité, je suis prise en charge après avoir attendu 1h30 sur une chaise pliante : peu importe, tout le monde est gentil, je suis heureuse d’accueillir bientôt ma fille, tout va bien !
« Ça y est, je tombe amoureuse ❤️, je les vois, les deux amours de ma vie et l’ocytocine procurée par cette image me fait fuir à gogo du colostrum. »

Ton premier audio offert !

"Bonne fête maman"

Tu as envie de tester les effets de l’hypnose sur toi ? Allez viens, je t’emmène, le temps d’un instant pour toi 🥰